Pensée

“Au fil des années, j’ai donné mon opinion sur plusieurs sujets d’intérêt public lorsqu’il me semblait qu’ils étaient si pernicieux que je me serais senti coupable de complicité si j’avais gardé le silence.” Albert Einstein

jeudi 29 juillet 2010

Les bébés les plus dorlotés en retirent des bénéfices une fois adultes

Lisons cet article et imaginons ce qu'il advient lorsque les pères ET les mères procurent ÉNORMÉMENT d'affection à leurs enfants AVANT et APRÈS l'âge de 8 mois mentionné dans l'étude.


Les bébés les plus dorlotés en retirent des bénéfices une fois adultes


mardi 27 juin, 15 h 04
« Il serait faux de croire qu’une mère est trop « mère poule » avec son bébé. Une étude américaine dévoile que les mamans qui procurent beaucoup d’affection à leur enfant, alors qu’ils n’ont que huit mois, en feront des adultes beaucoup plus posés et moins stressés, rapporte le Journal d'épidémiologie et de santé communautaire.

482 personnes du Rhode Island ont participé à cette étude qui s’est échelonnée sur plusieurs années. Les chercheurs ont d’abord évalué le lien entre la mère et leur bébé, alors âgé de huit mois. Lorsque ces enfants ont eu 34 ans, on leur a fait passer un test pour connaître leur niveau d’anxiété, d’hostilité et de mal-être en général.

Au départ, les mères avaient été catégorisées en trois groupes, soit celles qui donnaient peu d’affection, celles qui démontraient de l’affection normalement et celles qui étaient plus excessives.

Alors que les chercheurs se surprennent de constater qu’il n’y a pas de différence chez les deux premiers groupes, les enfants ayant reçu énormément d’affection étaient devenus des adultes moins anxieux, hostiles et se sentaient beaucoup mieux en général que les autres.

Cela démontre clairement que les expériences, même celles vécues à un très jeune âge, influencent la vie d’adulte. Plus on est dorloté lorsqu'on est bébé, mieux on sera préparé pour affronter les problèmes de la vie à l'âge adulte. »

mercredi 14 juillet 2010

Et l'arc-en-ciel est arrivé

Et l'arc-en-ciel est arrivé
comme un pont entre les deux mondes,
et notre Chouchoune bien-aimée
nous a laissé pour en suivre l'onde.

Chouchoune, notre petite sœur,
tu nous as si bien accompagnés,
tu as harmonisé nos cœurs
tout au long de ces quinze années.


Chouchoune, à tes côtés
on a beaucoup appris;
liberté, égalité, fraternité,
respect pour toute vie.

Chouchoune, nous t'avons tant aimée,
aujourd'hui, nous nous excusons
d'avoir tant voulu te garder.
Maintenant, nous acceptons
Que tu nous quittes, en apparence.
À présent, nous réussissons
à ressentir ta présence.

Chouchoune, notre sœur bien-aimée,
Que la Lumière soit sur ton chemin.
Va, continue de folâtrer,
suis ta voie, suis ton destin!


Avec tout notre amour,
J'OSE... la vie !
xoxoxoxo

vendredi 9 juillet 2010

Il y a ceux qui vendent de l'air

Il y a ceux qui vendent de l’air et ceux qui en brassent.


Mais l’air étant impalpable, les premiers le vendent souvent avec un papier sur lequel sont exprimés des chiffres et des acronymes incompréhensibles sans la formation adéquate.
Les seconds donnent l’impression de faire quelque chose mais en réalité ne font rien...sinon peut-être stresser à cause de ce qu’ils représentent eux-mêmes ou – je l’espère – se faire du souci pour ce qu’ils récoltent aux dépends des autres.


Souvent l’on dit que si quelqu’un a ou gagne quelque chose, ça ne nous l’enlève pas. C’est une manière sage de voir les choses, sage comme le souhait d’être pauvre.
Mais c’est stupide.
Si l’argent est une ressource limitée, du moins pour les 6 999 999 992 personnes sur cette terre qui ne la créent pas, et qu’une poignée de personnes en possèdent presque la totalité, OUI ça l’enlève aux autres. Et ça c’est inadmissible.


La première solution qui vient à une jeune personne qui ne veut pas être pauvre et dépourvue de tout, est bien entendu d’étudier et de se faire des contacts pour travailler dans un domaine qui lui assurera une bonne situation financière et de bons avantages sociaux, et cela de manière stable ou préférablement grandissante.


Mais ça aussi c’est stupide.


Les seuls métiers dans le genre sont ceux où vous vendez de l’air, ou ceux ou vous en brassez. Vous vous mettez alors à faire partie de la poignée de ceux qui auront tout pendant que les autres n’ont rien.
Mais c’est sûr, tant qu’à choisir entre les deux...


La coopérative des caisses populaires Desjardins avait originellement pour but d’être une alternative viable aux grosses banques privées. Plutôt que de profiter de vous, c’est vous qui deviez pouvoir profiter d’elle en en étant propriétaires.
Elle a beau faire semblant de ne pas avoir dévié de son but initial, nous savons tous comment on se sent lorsqu’on est devant un guichet ou dans une de ces caisses : PAS en contrôle.


Ne pas être en contrôle, c’est d’ailleurs ce qui poussent les jeunes à désirer à tout prix conduire une voiture comme si leur vie en dépendait. Leur liberté bafouée depuis si longtemps semble ne tenir qu’à leur permis de conduire.
Enfin libres des parents.
Mais non, vous ne comprenez pas, vos parents sont juste ceux qui laissent faire les problèmes, pas ceux qui les causent...


La voiture, comme le boulot et les vêtements trop chers, est un des signes que les jeunes sont bel en bien en train d’entrer chez Brassage d’Air et Cie comme prévu. C’est un signe qu’ils sont en train de réaliser que l’époque actuelle peut nous offrir une qualité de vie exceptionnelle si l’on connaît la marche à suivre.
La marche à suivre est assez simple: trouver un boulot où on fera toujours la même chose jour après jour, préférablement assis devant un bureau, et dont le résultat sera encore plus inutile et dépourvu de sens que la compagnie d’à côté, sauf pour nous car ça nous rapportera un salaire de télé 72 pouces et de nouvelle voiture à la porte.
Ça, on a pas beaucoup besoin de leur pousser dans le derrière pour qu’ils y arrivent! XD


Pendant ce temps, 4000 km plus au sud, il y a des gens qui travaillent aussi. Des gens à qui on a enseigné notre mode de vie afin qu’eux aussi puissent profiter des plaisirs de la vie sans se fatiguer pour rien; puisqu’il vaut mieux ne pas se fatiguer tant qu’à ne rien faire d’utile. On a seulement un peu changé les instructions de la marche à suivre, pour mieux l’adapter : Ils nous font pousser du maïs et nous on leur donne 100$ par mois pour nourrir leur famille! Et 100$, c’est énorme!
Et si jamais ce n’est pas suffisant, et bien ils auront appris une leçon très importante dans la vie, à savoir :

Pour ne pas se faire fourrer, il ne faut pas vendre son unique terre agricole à des blancs quand on ne connaît pas la valeur de LEUR argent.

Le cas échu, allez hue, travaillez! ...nos nouvelles voitures et nos vaches ont besoin de maïs elles aussi alors ne vous plaignez pas.


C’est vrai quoi, on a assez de ceux ici qui se plaignent parce qu’il y a eu une panne d’électricité pendant deux heures l’année passée et parce que le signal de leur cellulaire ne rentre pas dans le centre commercial.


Le centre commercial est aussi une autre ressource très importante, comme l’essence, les deux étant l’extension de la ressource principale - l’argent.
C’est là – ainsi que dans de super magasins du même genre – que l’on achète tout ce dont on a besoin parce que, Dieu sait combien on en a besoin des choses!
Pourquoi les acheter?
La réponse est tellement simple que la question paraît vraiment stupide.
Parce que c’est toujours mieux fait ailleurs, ou parce que c’est impossible à faire nous mêmes.
Si l’on veut une scie par exemple, comment voulez-vous en fabriquer une?
Un pain, je dis pas...si on a les compétences requises, c’est toujours faisable, mais une scie...


Mais attend...Comment ils faisaient les gens avant l’ère industrielle s’il avaient besoin d’une scie?
Ah oui, c’est vrai, ils devaient probablement fournir un effort surhumain pour s’en sortir, comme pour n’importe quoi d’autre.


Dure la vie sur Terre...

O