vendredi 29 juin 2012

Pas de nouvelles, bonne nouvelles !

Ce matin, j'ai vu le soleil se lever. Enfin, presque. Parce que comme on habite au début des montagnes, on ne voit l'horizon ni à l'est, ni à l'ouest. Ça veut dire que j'étais réveillée beaucoup plus tôt qu'à mon habitude aussi (5h30). Pourtant, on s'est endormis passé 1h00 ce matin, Jé et moi.

J'avais besoin de me lever, de bouger un peu et d'écrire.
Maintenant, je suis un peu fatiguée et je pense à me remettre au lit un petit moment mais avant, je veux laisser un mot ici, pour ceux qui veulent des nouvelles de Oli. Et puis, pour moi aussi, ça me fait du bien, et pour laisser une trace de son absence d'ici, et de sa présence ailleurs mais sous le même soleil.
Le titre dit tout.

Après une semaine à Lorient, en Bretagne, où il a visité sa filleule Awena et ses parents (comme vous avez pu voir la semaine dernière), Olivier a pris un train pour Bordeaux lundi, où il allait visiter Léo (salut Léo!).


À l'extrême ouest, il y a la Bretagne.
Vous voyez Lorient ?
Beaucoup plus au sud, mais toujours à l'ouest,
il y a Bordeaux.
Et au centre, plein sud, il y a Perpignan.
Il semble que notre très cher Olivier serait passé à Perpignan mardi, et qu'il cherchait comment se rendre à Serralongue, un tout petit village de 250 habitants, logé au creux des Pyrénées Orientales.

Serralongue, c'est joli hein !
Je crois bien que moi aussi, j'aurais envie d'y rester un peu plus longtemps.
Serralongue est le village le plus méridional (le plus au sud) de la France, juste avant la frontière avec l'Espagne. Notre ami Stéphane nous a écrit qu'il y aurait là-bas une petite communauté de vegans qui ont une ferme bio et y accueillent les gens en vacances. Si cet endroit existe encore, on ne doute pas un instant qu'Olivier ait eu envie de le visiter.

Carte de France, avec le relief. Comme ça, on voit les Pyrénées au sud.

Comme je lui écrivais hier, mais qu'il ne lira pas avant je ne sais trop quand puisqu'il voyage léger et n'a aucun truc électronique avec lui, j'espère qu'il va bien, que ce qu'il voit autour de lui est beau, et que les gens qu'ils rencontrent sont gentils.

Il nous avait dit qu'il rentrerait à la fin du mois, peut-être par un vol directement sur Montréal, juste à temps pour aller au SMUG qui aura lieu cette année du 2 au 6 juillet au Parc d'Oka. Comme on est déjà le 29, je commence à avoir des doutes. D'autant plus qu'il n'a pas pris de billet de retour. ;-)

Portrait d'Olivier, par Maïa...


causerie - SMUG 2011

bruschetta servie avec le sourire !
SMUG 2011
S'il prolonge son voyage, mon beau Olivier, j'ose espérer que c'est parce qu'il profite bien de la vie, de la découverte d'un nouveau pays, et de ces vacances improvisées dont il avait tellement besoin, depuis si longtemps, lui qui étudie et travaille comme un forcené depuis des années. Avec tout ce qu'il a fait, vécu, appris, compris, réalisé, il peut bien prendre tout le reste de sa vie en vacances s'il en a envie. :-)

Voilà, cher Olivier, je te souhaite tout le meilleur de la vie, à chaque instant.
Et pour des raisons bien égoïstes, je serai heureuse de te revoir bientôt, de te serrer dans mes bras, de t'écouter raconter (et d'aller passer la semaine à Oka avec toi, et avec tous ces unschoolers au grand coeur, si tu arrives tout bientôt).

Je t'aime ! ♥

Edith
xoxoxo

jeudi 28 juin 2012

Des solutions, pas des obstacles - Schuyler Waynhforth

Solutions, not obstacles, par Schuyler Waynforth
Traduction: Les Éditions J'OSE la vie !

« Ça aide de penser à des solutions au lieu de penser aux obstacles. »
-Schuyler Waynforth


Dessin intitulé ''Internet'' - Jérôme - 2007
***

Note amusante: 
La première fois que j'ai lu ce prénom, Schuyler, c'était sur la listes Always Learning. J'a trouvé ça exotique et je me suis demandée quelle en était l'origine. Je n'ai jamais vérifié mais lors de notre voyage dans l'état de New York en mai dernier, j'ai vu ce prénom à deux autres reprises, sur la route. Une fois, un panneau annonçait Schuylerville (et oui, un village nommé d'après le nom de la famille Schuyler) et l'autre était l'annonce de l'hôpital ou d'un centre Schuyler.

Aurais-je prêté attention à ce nom si je n'avais jamais lu Schuyler Waynforth sur la liste ou le site web de Sandra Dodd ? Probablement que non.

C'est comme ça que le cerveau humain fonctionne, apprend, retient. Par connexions et par intérêt: en connectant une chose qui nous a intéressé, à une autre chose. 

Grâce à cette réalité que nous pouvons tous observer, nous pouvons être certains que l'apprentissage se fait de la naissance à la mort, sans jamais avoir à nous en préoccuper. (comme la mémoire et les connexions synaptiques entre les neurones, sujet fascinant que j'étudie par moment.) Lorsque nous avons réalisé cela, nous avons fait le choix de vivre une vie où les relations sont prioritaires; particulièrement les relations parent-enfant: la première et la plus significative des relations pour le petit humain. C'est ça le unschooling.

Edith

mercredi 27 juin 2012

Des yeux différents - par Sandra Dodd

Different eyes, par Sandra Dodd
Traduction: Les Éditions J'OSE la vie !


L'avocat d'Olivier !
(ça fait drôle d'écrire ça :-D )
« Vous et vos enfants voyez le monde avec des yeux différents.

Soyez gentil, et attendez-vous à ce qu'ils voient des choses que vous ne pouvez pas voir.

Soyez raisonnable et comprenez qu'ils ne peuvent pas être vous et ne deviendront pas vous. Ils sont nés à une époque différente, et vivent d'une manière différente. » ~Sandra Dodd

mardi 26 juin 2012

Être un bon parent est contagieux

Contagious good parenting, par Sandra Dodd
Traduction: Les Éditions J'OSE la vie !


« Être un bon parent rend une personne plus attirante pour l'autre parent, et rend l'autre parent reconnaissant et respectueux. La gratitude et le respect rendent plus facile d'avoir de la compassion et de la patience. » ~Sandra Dodd

 ***
Je ne peux m'empêcher d'ajouter ici un commentaire. 
J'OSE la vie ! (journaljose.blogspot.com)
ciné-jardin père-fils

J'ai moi aussi toujours trouvé mon mari plus attirant, et j'éprouve toujours un élan d'amour envers lui, quand il est patient et à l'écoute de nos enfants.  Qu'il les prenne dans ses bras ou leur prépare à manger, les emmène en balade en auto, en poussette, sur ses épaules ou dans la voiturette, en glissade l'hiver ou en voyage à l'île-aux-Coudres, qu'il allume un feu de camp et la radio à "Drôle de soirée" ou leur organise un ciné-cabanon en été, chaque fois qu'il a répondu à leurs besoins, avec patience, avec gentillesse, avec amour, j'ai été touchée par son amour pour nos enfants. Chaque fois qu'il leur apporte son aide, trouve une idée pour les aider dans leurs projets, les soutient dans ce qu'ils veulent réaliser dans leur vie, je l'aime plus encore si c'est possible. 

Et c'est tout aussi vrai qu'alors j'éprouve de la gratitude pour lui et plus de compassion, de patience moi aussi pour nos fils, pour notre famille. 

Avec amour ! ♥ 

Edith 

lundi 25 juin 2012

D'autres solutions - par Joyce Fetteroll

Other solutions, par Joyce Fetteroll
Traduction: Les Éditions J'OSE la vie !

 
« Si vous êtes pris au piège des ''il faut'', alors il n'y a pas d'autres solutions. Si vous reconnaissez qu'il y a d'autres solutions, vous pouvez libérer votre pensée pour leur permettre de venir. » ~Joyce Fetteroll
photo : J'OSE la vie ! (journaljose.blogspot.com)
œuvre à l'étude - copyright: Nintendo

samedi 23 juin 2012

Contre, contrôle, contrainte

y'en a qui nettoient leur allée asphaltée au boyau d'arrosage avec de l'eau potable à plusieurs reprises au cours de l'été... 
y'en a qui coupent des branches d'arbres ou des arbres en bonne santé...
y'en a qui utilisent des machines à moteur bruyantes plus souvent qu'à leur tour et qui dérangent la quiétude du voisinage...
y'en a qui pellettent leur neige dans la rue...

Tout ça relève d'une décision personnelle selon le moment et les circonstances, et nous respectons cela parce que nous savons que chacun fait le choix qui lui semble le plus approprié, à chaque moment de sa vie.
Nous n'avons donc jamais fait de plainte contre un voisin, ce qui nous semble un manque de respect et de confiance envers chacun et pourrait contribuer à créer un climat de méfiance et de suspicion qui nous est tout naturellement étranger. 

Mais...

Hier, suite à une demande de vérification (???), deux jeunes employés (d'été ?) plutôt timides (on imagine aisément le malaise intérieur d'avoir un emploi du temps qui nous rémunère pour surveiller nos concitoyens et faire intrusion dans la vie privée des gens pour les contrôler...) sont venus visiter notre terrain privé, pour nous demander de nous conformer à ce règlement qui, comme je le leur ai mentionné, était introuvable lorsque nous l'avons cherché sur le site web de la municipalité en mai dernier. Et que voici:


(ajout: 2012-06-24 - minuit)

LA VILLE DE QUÉBEC, PAR LE CONSEIL DE LA VILLE, DÉCRÈTE CE QUI SUIT :
CHAPITRE I
DÉFINITIONS
1. Dans le présent règlement, à moins que le contexte n’indique un sens différent, on entend par :
« végétation sauvage » : une herbe folle et des arbustes qui croissent en abondance et sans culture;
CHAPITRE III
NUISANCES
3. Il est interdit, à toute personne, de créer ou de laisser subsister une des nuisances décrites au présent règlement.
2009, R.V.Q. 1006, a. 3.
SECTION I
NUISANCES SUR UN TERRAIN




4.Constitue une nuisance, la présence sur un terrain ou à l’extérieur d’un bâtiment :
de matières résiduelles autrement que conformément à la réglementation sur la gestion des matières résiduelles ou à un règlement d’un arrondissement sur l’enlèvement des matières résiduelles;
d’un contenant de matières résiduelles qui dégage une odeur nauséabonde malgré qu’il soit fermé;
de papiers, de carton, d’éclats de verre, de contenants inutilisés ou de ferraille;
d’une accumulation non nivelée de terre, de gravier, de cailloux, de pierres, alors qu’aucuns travaux en cours ne justifient leur présence ou que leur entreposage à l’extérieur est interdit;
d’une accumulation désordonnée de briques, d’éléments de béton, de tuyaux hors d’usage, de bois ou de matériau de construction, alors qu’aucuns travaux en cours ne justifient leur présence ou que leur entreposage à l’extérieur est interdit;
d’une accumulation de résidus de matériaux de construction à l’extérieur d’un contenant de matières résiduelles;
d’animaux morts;
d’une accumulation d’eau stagnante à la surface d’un terrain;
d’excréments ou de fumier;
10°d’une matière dangereuse, polluante ou contaminante;
11°d’un produit tel que de l’huile ou de la graisse;
12°de Rhus radicans appelé aussi herbe à la puce, d’Ambrosia artemisifolia, d’Ambrosia trifida ou d’Ambrosia psilostachya appelées aussi herbe à poux et de l’Heracleum mantegazzianum appelée aussi la berce du Caucase;
13°du gazon d’une hauteur de 20 centimètres et plus sauf aux endroits autorisés en vertu d’un règlement sur le zonage;
14°de végétation sauvage d’une hauteur de plus de 20 centimètres sauf aux endroits autorisés en vertu d’un règlement sur le zonage;

15°de branches, de résidus végétaux, de parties d’arbre mort ou d’arbre mort autrement que conformément à la réglementation sur la gestion des matières résiduelles ou à un règlement d’un arrondissement sur l’enlèvement des matières résiduelles;
16°d’une excavation non remblayée alors qu’aucuns travaux en cours ne justifient sa présence;
17°d’une fondation laissée à ciel ouvert;
18°d’un véhicule automobile fabriqué depuis plus de sept ans, non immatriculé pour l’année courante et hors d’état de fonctionnement;
19°d’une accumulation de pièces composantes d’un véhicule automobile ou d’un autre véhicule alors que leur entreposage à l’extérieur est interdit;
20°d’un véhicule motorisé ou non ou de machinerie hors d’état de fonctionnement alors que leur entreposage à l’extérieur est interdit;
21°un meuble d’intérieur ou un électroménager.
En clair, ils nous ont demandé de réduire la hauteur de l'herbe et des marguerites à 20 cm ou moins. Devant la maison, que je me suis dit... et ben, non, en arrière aussi. 
 
J'ai suggéré qu'on plante du trèfle partout alors !


Outre la méfiance envers nous, citoyens responsables, la critique et l'attaque cachée derrière l'anonymat à propos de notre façon de choisir et de gérer la vie végétale sur notre terrain (privé, je le répète), et la visite inattendue de jeunes gens à l'air désemparés en guise de ''police'' des herbes folles (un vendredi après-midi, entre 16 et 17h00, juste après la fermeture de la mairie pour le long congé de la Saint-Jean), c'est la mauvaise foi et le mal-être de la personne qui est derrière cette visite (qui n'en est pas une), qui nous a le plus surpris: un homme heureux ne surveille pas ses voisins.
Les gens heureux ne votent pas de règles pour les imposer aux autres. Les gens heureux ne forcent personne à faire comme ils le veulent, nah ! Les gens heureux ne menaçent pas les autre de leur couper les vivres s'ils refusent de leur obéir. 
Couper les vivres ? Oui !
La menace c'est l'amende, l'amende c'est de l'argent, et l'argent, ça sert bien à manger, hein !... en tout cas, chez nous, c'est surtout à ça que ça sert.  
Contraindre, contrôler, c'est pas un hasard si ça commence par ''contre''. 
Et contre, c'est pas AVEC.
____________________

contrôler /kɔ̃.tʁo.le/ transitif 1er groupe (conjugaison)
  1. (Administration) Examiner minutieusement.
    • Contrôler les comptes. - La Cour des comptes contrôle les opérations financières des budgets de l’état.
  2. (Figuré) Examiner pour diriger.
    • Le pouvoir exécutif contrôle les actes du gouvernement.
  3. (Par analogie) Examiner avec une curiosité importune.
    • Vous contrôlez tout ce qui se fait dans sa maison.
  4. (Anglicisme) Diriger, dominer d’une façon précise.
contraindre /kɔ̃t.ʁɛ̃dʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)
  1. Obliger quelqu’un par force, par violence ou par quelque grave considération, à faire quelque chose contre son gré.
  2. (Justice) Obliger, par quelque voie de droit, à donner ou à faire quelque chose.
    • Contraindre quelqu’un par voie de justice, par justice.
 ____________________

On nous a contrôlé, et on nous contraint: 3 jours pour obéir. 
 
On nous nie le droit de faire comme on veut chez nous, même s'il s'agit d'aimer les marguerites, ou d'apprécier marcher, s'allonger ou jouer dans les herbes hautes. 
Alors, on s'indigne. Comme on peut. Ici, d'abord, puisqu'on ne peut même pas joindre la mairie pour en discuter, durant ces 3 jours de ''délai'' pendant lesquels elle est fermée.  

On s'indigne, mais on reste zen.
Et puis, nous voilà aussi à la recherche de verdures qui font 20cm tout au plus, les autres étant interdites d'une vraie vie sur un terrain résidentiel par ici. Pour ne plus avoir à couper la végétation bien vivante et si agréable sur notre terrain privé !
Des suggestions?
Édith et Stéphane... qui chantent : ''les gens heureux n'font pas d'histoire...!'' 

on dérange quelqu'un là avec notre petite vie bien tranquille ?


jeudi 21 juin 2012

Québec-Lorient

Tchat-vidéo avec Oli ! Avec Mathieu, Mathilde et Laurie. Des Français à Québec et un Québécois en France... c'est amusant quand même ! (non, non, ça ne va pas être long... on sait bien que vous avez envie de voir Jé jouer à Luigi !

Le voilà qui arrive ! Salut Oli ! Ça va ? Oui ! C'est super de te voir ! Il fait plutôt frais ? Ah bon, ici, c'est la canicule depuis plus d'une semaine.

Vous voulez qu'on vous envoie un peu de soleil ? J'en avais mis dans les bagages d'Oli mais comme il voyage léger, je crois qu'il l'a enlevé... ! Allez, on fait une photo de famille pour le blog !  Olivier avec Awena, Pierre-Marie, et Bénédicte

Vous êtes beaux tous les quatre ! C'est l'fun de vous voir. Awena toujours aussi souriante, et qui applaudit en nous regardant. Tu vois que c'est vrai, Béné, que le rouge te va bien, hein ?! Et que c'est joli ta nouvelle coupe de cheveux. :-) Oui, oui, vous aussi les gars, vous êtes beaux !

On s'amuse un peu. Béné fait coucou, et P.M. fait Yoshi ! ;-)

Après nous avoir partagé un peu de ses journées de balades, de salades, et d'escalades, on se dit au revoir. Salut Oli ! On t'embrasse. xoxoxo Appelles-nous quand tu seras à Bordeaux. Et si on peut, on se refera un tchat-vidéo, avec Stéphane cette fois. On donnera de tes nouvelles à Mélissa qui s'ennuie. Au revoir les amis, embrassez bien Awena pour nous, sur ses jolies joues bien rondes. Bonne soirée à la Fête de la Musique. Et n'oublie pas de nous raconter un peu la Russie la prochaine fois, Pierre-Marie. Bisous ! Continuez d'être heureux, ça fait plaisir à voir !  ♥

À vélo !

Allez, Stef, on va à vélo tout en haut de la montagne

Ouf ! Fait chaud (30degrés à l'ombre)... bon, OK, je mets de l'air dans les pneus et j'arrive.

Il fait chhhhhhhhaudddddd ! Petite pause sur le rocher aux marguerites.

Les roches dégringolent quand on redescend

Et oui, encore plus haut !

En fait, on pourrait aller encore un peu plus haut, mais ici, c'est assez pour nous

La vue sur la ville... et un groupe de jeunes skaters

la flèche qu'Oli avait mise pour nous indiquer la voie la semaine dernière, et que Jé a refaite

c'est par là qu'on redescend

marécage et quenouilles

mais où sont les gars ?

Attendez-moi !

petite pause dans un tout petit peu d'ombre

Ben oui, j'étais là aussi. ;-)

ici, le terrain s'est en partie effondré récemment

Ahhhhhh ! De l'eau !

La rivière

la route vue du pont

Et là, c'est la pente à glisser (en hiver) et la pente qu'on vient de descendre... en marchant à côté du vélo ! :-)


Voilà ! C'était notre randonnée de dimanche. On avait fait la même avec Oli le jeudi précédent et Jérôme avait le goût de la refaire. Cette fois, il l'a fait découvrir à Stéphane.

On n'a pas fait de photos sur le retour car j'ai pris une pause les pieds dans la rivière avant de rentrer, et finalement, j'ai décidé de prendre le sentier le long de la rivière plutôt que le chemin et les rues choisies par Jérôme. Pas facile ! Le sentier était boueux (comme d'habitude) et si étroit par endroit parfois que c'était difficile de marcher à côté du vélo, et de le monter en forçant de tous mes bras (ça se dit, ça ? en tout cas ça se vit !) dans les pentes abruptes. Sans compter les moustiques qui ont surgi tout à coup et m'ont suivie jusqu'à la sortie de la forêt. Et là, youpi, j'ai sauté sur mon vélo et je me suis laissé descendre jusqu'à la maison, en remerciant le vent !

Edith

mardi 19 juin 2012

Progresser vers la joie - par Sandra Dodd

Progress toward joy, par Sandra Dodd
Traduction: Les Éditions J'OSE la vie !

ascenseur au Nintendo World Store- NYC

« Certaines des choses qui aident les gens à être en confiance dans le moment présent, habités de ce sentiment de satisfaction et de contentement, sont les suivantes :

- la respiration
- la reconnaissance
- des pensées joyeuses
- la tendresse
- l'acceptation

Dans un premier temps, cela pourrait être un soulagement et non de la joie, mais comme le soulagement est une étape qui nous éloigne de la peur,
plus on est soulagé, plus on peut progresser vers la joie.» ~ Sandra Dodd


lundi 18 juin 2012

Happy 70th birthday Sir Paul - & - 42

Douglas Adams
Douglas Adams, auteur du "Hitchhiker's Guide to the Galaxy" (Le guide du Voyageur Galactique), parle de Paul McCartney dans un ou deux tomes de la série. 

Pas surprenant, que je me suis dit. C'est un des hommes les plus célèbres du monde, et ils sont nés dans le même pays alors... Mais, lorsque j'ai su que Sir Paul était né en '42, j'ai tout compris !! 
Et oui ! C'est enfin devenu clair. 
LA réponse à la grande question. 
Vous avez lu Adams? 
Ou vu le film (extraordinaire, soit dit en passant). Vous connaissez? 


Paul McCartney - 1962
LA réponse : 42. 

42 qui nous conduit à Paul McCartney. :-D

(Ok, je rigole, mais c'est bon pour la santé, alors rigolons ensemble, d'accord!!?)

McCartney, cet homme qui répand l'amour à travers le monde, par sa musique, ses mots, sa voix, depuis plus de 50 ans. Cet homme qui aime tant, qui aime la vie, et les animaux donc. ;-)

Équation si ... mystérieuse, et pourtant si simple ! :-D




À Québec, pour le 400ème - 2008


HAPPY BIRTHDAY SIR PAUL
WE LOVE YOU, (YEAH, YEAH, YEAH !)
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
Chaos and Creation in the Backyard
Tiens, je vous présente donc ici une de mes chansons préférées, que j'adore chanter de tout mon cœur - et à tue-tête - à mon amoureux sans qu'il ait l'air de se douter que c'est pour lui que je chante. Cher Stéphane !;-)
C'est par ici.
Extrait de l'excellent album : Chaos and Creation in the Backyard.


Paul et sa fille Stella McCartney, 
je suis tombée sur cette photo et 
n'ai pu m'empêcher de la mettre ici,
trop mignon !




We wish you a very happy birthday, Paul !  
We are so glad that you were born and that you are in the world at the same time as we are.  

Thank you for your words, your music, your voice, your presence. 

Thank you for your love!

J,O, S, E