lundi 30 juillet 2012

Enthousiasme

L'enthousiasme est indispensable au unschooling. Ils sont inséparables. C'est fou ce que l'enthousiasme nous porte ! Je le vois chaque jour avec ma famille.

Par exemple, hier, Stéphane montrait à Jérôme comment il sablait le manche de l'épée qu'ils fabriquent et dont ils font la finition maintenant. Jérôme a pris le papier sablé et s'est mis à le faire un moment. Puis, il est rentré manger et bavarder. Un passant a vu Stéphane dehors sur le perron, et captivé par le travail - et sûrement par l'épée - il ne l'a pas lâché des yeux jusqu'au coin de la rue. Pendant ce temps, je faisais de la traduction d'une interview dont je vous parlerai bientôt, portée par ce même enthousiasme. Et Olivier, comme à son habitude, était plongé dans sa lecture (étude) du moment.

Après, Jérôme a joué passionnément du piano, les écouteurs sur les oreilles, comme il le fait souvent. Il est à fond dans sa musique et aime bien y être seul. Un copain a téléphoné, il m'a demandé d'utiliser l'ordinateur (que je lui ai cédé avec joie), et s'est connecté en ligne pour jouer avec des copains. Voilà qu'Olivier m'a rejoint à la cuisine pour crusiner; moi: une salade chinoise et lui: des mini-burgers végétaliens, pour notre souper partage chez des amis. De son côté, Stéphane profitait de la douce brise pour piquer un roupillon au beau milieu de ce dimanche après-midi.

Puis, il est allé acheter ce qui nous manquait: champignons, fèves germées, épinards, bananes, pendant que chacun à son rythme et selon ce qu'il a pensé, s'activait à préparer la glacière pour le pique-nique, les maillots de bain, les serviettes, des chaussures, un pull, un livre, un jeu, le portable.

Quelle belle journée !

Je vous reparle d'enthousiasme très bientôt !

Edith

Je vous laisse sur ces images de notre semaine:

Après le passage de couch surfers, avant l'arrivée des suivants

couch surfing discussion

couch surfing breakfast

Dom, Momo, Guillaume :-)

Stéphane raconte

Une visite surprise

together

cadeau de Cynthia, miam !


encore un cadeau, des longans,
un fruit vietnamien absolument dé-li-cieux !

Soirée tranquille sur la terrasse, avec Jé

végé-burgers-crus en route


pâté pour végé-cru-burgers, par Oli
travail passionné et passionnant !
Master Sword - The Legend Of Zelda
Merci à Nintendo pour l'inspiration ! ;-)

samedi 28 juillet 2012

Être et devenir - Being and becoming

Il y a longtemps que je veux tourner un film sur la vie, sur la vraie vie vivante qu'est le unschooling. L'expérience du cinéma vécue aux côtés de Olivier il y a quelques années n'y est certes pas étrangère mais déjà lorsqu'il était petit, on s'amusait à jouer avec la caméra, Olivier, Stéphane et moi. Puis, une pièce s'est usée, la réparation était trop onéreuse pour nos moyens.
En 2005, Olivier a réalisé quelques courts à l'aide d'un appareil-photo et un peu plus tard, il s'est offert une ciné-caméra de vacanciers, pour son apprentissage et ses expérimentations.
En 2008, j'ai fait la connaissance d'un scénariste et on avait commencé à partager nos idées. Après, on a été occupés chacun de son côté mais du mien, j'ai tourné des images à différentes occasions (Oli aussi), que je conserve précieusement.
En attendant, une amie nous a partagé un lien vers la bande annonce de ce documentaire que nous vous partageons ici, pour vous mettre en appétit... de vie! On y aperçoit André Stern, entre autres. :-)

Edith


Pour plus d'infos: http://www.etreetdevenir.com/


Nous vous tiendrons au courant de la sortie du film mais pour ne rien manquer, visitez le site web, cliquez sur l'onglet "contact" et entrez votre adresse courriel, c'est tout simple.



en anglais:

Being and Becoming - Trailer from pourquoi pas productions on Vimeo.



en français:







mercredi 25 juillet 2012

Roger Waters à Québec: THE WALL est tombé

21 ans jour pour jour après le concert The Wall à Berlin, en Allemagne,
4 ans, jour pour jour après le concert de Paul McCartney à Québec - on entendait justement la musique des Beatles en entrant sur les Plaines - Roger Waters, auteur, compositeur, musicien, chanteur et scénariste de génie (du latin genialis: relatif à la naissance), était sur les Plaines samedi soir, le 21 juillet 2012, avec cette pièce de théâtre (comme a dit mon amie Diane), ce concert spectaculaire: The Wall !

crédit-photo: La Presse
Diane, que j'ai bien essayé de joindre au téléphone à quelques reprises dès que j'ai eu mon billet en main (acheté à la dernière minute) mais ne recevait pas mes appels, le réseau étant inondé, semble-t-il. 
Peu importe, j'allais assister au concert, et après 1h40 d'attente à faire partie d'un mouvement humain qui avançait d'un demi-pas de souris à la minute sous un soleil tapant, je me suis trouvé un petit espace vert entre deux couples à droite, deux autres à gauche, qui m'ont paru sympathiques et pas trop fêtards. Je n'ai pas fait erreur, ça a été le cas toute la soirée. J'ai eu assez d'espace, en fait, pour m'allonger un moment au besoin, m'étirer, et dessiner un peu, en attendant l'Heure !

24 heures plus tard, j'étais encore sous le choc, et sous le charme. 40 heures plus tard, au moment où j'écris ces lignes (23 juillet, 16h00), je le suis toujours.

crédit-photo: La Presse
Sous le charme de Roger (qui a une certaine ressemblance avec Richard Gere - ressemblance confirmée par nos couch surfers du week-end, Momo et Dom, que je salue au passage), de son accent britannique adorable lorsqu'il parle français, de sa voix incomparable, de tous ces musiciens aussi qui jouent avec brio, de l'équipe technique incroyable qui travaille dans l'ombre. Pour The Wall, mince consolation, ils ne sont pas les seuls à être dissimulés aux spectateurs, les musiciens se retrouvant, à un moment, derrière le mur, eux aussi. Ce wall que Roger Waters a choisi d'ériger, inspiré par ce moment difficile vécu lors du désormais fameux concert à Montréal en 1977 . Fear builds walls. La peur érige des murs partout entre les humains, des murs qui s'appellent « education », « religion », qui mènent à la guerre. Le mur, ce sont toutes ces barrières entre les gens, pour ne pas, pour ne plus, communiquer avec l'autre.

« Plein la vue ! », disait Dom, en rentrant au petit matin. « Plein les oreilles ! », ajoutai-je pour un peu, juste un tout petit peu, raconter l'émotion de ce concert mémorable à Stef et Jérôme qui nous attendaient, même si l'horloge indiquait déjà 1h30 passée. 
Momo qui parle japonais, anglais, et comprend assez bien le français, écoutait. Un peu étrange ce moment où l'on rencontre quelqu'un pour la première fois et qu'on a déjà partagé un grand moment à cent mètres l'un de l'autre.
Fatigués mais incapables d'aller au lit, nous nous sommes assis à la table de la cuisine pour boire de l'eau fraîche – il a fait tellement chaud à attendre au soleil à l'entrée pendant des heures – et bavarder un peu.

crédit-photo: La Presse
Difficile pour moi de raconter, de parler, quand l'émotion m'habite encore. Je voulais la garder, la vivre pleinement, lentement, entièrement, cette émotion qui m'a étreinte dès les premières notes. Pantin projeté sur la foule, pyrotechnie, son en quadriphonie -  un immense haut-parleur derrière moi, entre autres - l'avion qui se dirige sur le mur, tout de suite je me suis retrouvée avec mon frère, Mario, d'un an mon cadet, celui qui m'a fait connaître les Pink Floyd à la fin des années '70, début '80. J'ai souhaité qu'il soit là, quelque part, sur les Plaines, à profiter lui aussi de ce cadeau, de ce concert qui est passé chez nous, 30 ans plus tard. Je me suis sentie liée à ce frère que je vois peu souvent mais que j'aime comme... un frère. ;-)

Un peu envahie par le passé, je me suis rappelée cette époque où on allait à la polyvalente, ghetto blaster sur l'épaule (des gars) – ou posé par terre à la café' (c'était lourd). Ce temps où on chantait partout « We don't need no education » en guise de mantra pour tenter de résister au moins un peu à notre assimilation par la machine scolaire qui, dévorante, nous vidait peu à peu de notre essence même. De même le « Hey teacher, leave them kids alone » que répétaient en chœur presque frénétiquement sur le trajet de l'étroite sortie des Plaines, les jeunes gens que j'ai côtoyés - de très près - un moment.

Guy et moi, photo : J'OSE la vie !
Je n'ai pu m'empêcher de penser à mon frère Guy aussi. 
Guy a quitté ce monde il y a 24 ans, le 22 juillet; on venait juste de se marier, Stéphane et moi. Je me suis demandée s'il avait aussi écouté Pink Floyd, s'il avait connu l'album The Wall, (dommage d'avoir été séparés par l'âgisme scolaire, sinon en vivant avec lui, je l'aurais su...), s'il aurait aimé le concert... ou peut-être l'entendait-il ? Je le sentais, là, tout près, ou peut-être encore plus près, avec moi, en moi, dans mon cœur, serré tout autour de son souvenir. Mes yeux s'embrouillent. Il me manque parfois, mais là, ce soir, je le sens tout près.

Et larmes à nouveau lorsque défilent toutes ces photos de personnes tuées par ces luttes et guerres de toutes sortes, ces (t)erreurs de l'état, toutes aussi absurdes les unes que les autres, tellement que nous n'avons même pas de mot pour en dénoncer l'absurdité. Mon frère est mort. D'une balle en plein cœur. Un accident, a-t-on dit. Ce n'était pas un erreur de l'état, mais je suis à jamais liée à tous ceux qui ont perdu une personne aimée aux mains d'une personne armée. Qui a besoin de tuer... qui ? Je ne sais pas si je publierai ce billet, à quoi bon, que je me dis, parler de ces choses si tristes, aussi tristes qu'inutiles, les larmes jaillissent... un souvenir à mettre à sécher, dirait Sandra...


Roger a pris la parole. En français. Et il parle bien français, monsieur Waters. Très bien. Une photo, sur le WALL, Roger raconte l'histoire de Jean-Charles de Menezes :

« Ce gars-là, sur le mur, était un jeune ingénieur du Brésil, qui a visité Londres quelques années avant. (Ça va? C'est good?... cris et applaudissements chaleureux, thank you!) Les flics ont imaginé qu'il était un terroriste, et alors, ils ont tiré 8 fois dans la tête avant même de dire bonjour. Bien sûr, il était complètement innocent. Je voudrais dédier ce concert à lui [De Menezes] et à toutes les autres victimes de la terreur de l'État dans le monde. Peut-être, son histoire nous rappelle que si nous accordons, à l'État et à la police, trop de pouvoir, la descente vers la tyrannie est raide, rapide et glissante.»

L'émotion est partagée.

Après ces mots que personne n'oubliera, le spectacle a pris une tournure un peu différente – enfin pour moi. Des dizaines de chansons dont je ne connaissais souvent que l'image de la pochette de l'album, parfois le titre, mais toujours le rythme. Mario, lui, en connaît sûrement les paroles, pour les avoir écouter, écouter, écouter, sans bruit, les oreilles cachées par les écouteurs, les yeux fermés, plongé qu'il était dans la musique des Pink Floyd, et la poésie unique de Roger Waters. Je le vois encore, là, dans le fauteuil, les jambes allongées, dans ce petit salon à aire ouverte sur la cuisine familiale, dans notre petit appartement au sous-sol de cette petite maison, juste à côté du Jardin Zoologique.

Sur les Plaines, j'étais face au WALL, face à la scène où ces jeunes adolescents venaient de chanter eux aussi qu'ils n'ont pas besoin d'éducation, à tenter de reconnaître Roger - qui faisait figure de lilliputien à une telle distance (vive les écrans géants!). Mon corps suivait le rythme de cette musique qu'il connaissait déjà depuis longtemps, si longtemps. C'était si bon!

À l'entracte, je me suis assise un moment sur l'herbe humide, j'entendais dans mon dos un homme à l'accent hispanophone lire sur son téléphone portable une partie de l'historique des Pink Floyd pour son copain. Qu'est-ce qu'on peut en apprendre des choses maintenant, rapidement, aisément, avec un téléphone et un accès à Internet ! Le lendemain, attablés pour déjeuner au soleil sur la terrasse, je racontais ce que j'avais entendu, et je répétais la même erreur que cet homme à l'accent du sud, et je disais que Barrett prenait trop de LCD... ce qui m'a valu une bonne blague de la part de Guillaume, un autre couch surfer en visite, de la Bretagne celui-là. Bien sûr, tout le monde a compris (comme moi, la veille) qu'on parlait de LSD. :-)

Le concert a repris. 
« Hey you ! »
... une civière passe devant nous: quelqu'un n'est pas bien. 
"Out there in the cold
Getting lonely, getting old
Can you feel me?"
J'ai secrètement souhaité que ce ne soit pas grave, espéré que cette personne puisse entendre le reste du concert de la tente-infirmerie, surtout ne pas manquer cet événement unique. 
« Hey you! »



Un peu plus tard, sur ce mur géant de 728 pieds de long, lorsqu'il y a eu la projection de tous ces extraits vidéos, dont celle de cette fillette, Vera, qui est assaillie par l'émotion lorsqu'elle retrouve son père après la guerre, j'ai pleuré à nouveau, et je sais que bien des épaules se sont soulevées de sanglots retenus partout autour. Combien d'enfants, dans notre culture qui fait éclater les familles, aimeraient retrouver leur père ?








faisceau de lumière entre ciel et terre
Plusieurs chansons, projections, et scènes plus tard, après la chute du mur, Waters, visiblement, ne voulait pas quitter tout de suite. Ça tombait bien, moi non plus. Prolonger ce moment de grâce, oui: 75000 personnes, toutes liées par une même passion pour la musique et les mots, et un grand désir de bien-être, de paix. Avec ses musiciens, Roger se nourrissait des applaudissements et des cris de la foule en liesse. Il souriait, remerciait, souriait. Il a présenté ses musiciens, chanté avec la foule un moment, 



puis, visiblement ému, il a dit que c'était leur 192è spectacle, que c'était le dernier, que c'était bien de finir ça ici, et qu'ils allaient tous se souvenir de cette nuit pour le reste de leur vie. On se disait la même chose, justement. Il a ensuite exprimé à la foule: «Vous êtes ma-gni-fiques!» Puis, il a remercié à nouveau, déclaré que c'était terminé, que c'était le temps de quitter. 



Hey you !
Don't tell me there's no hope at all
Together we stand, divided we fall.
-----

Je suis restée là, un moment, à respirer l'air encore chaud et humide. Puis, à contre-courant, je me suis avancée vers la scène, pas très près car il y avait une foule dense, mais assez près pour mieux voir le mur. Un technicien est sorti de je ne sais où, puis un autre, ils ont jeté quelques briques. Dans les places VIP, semble-t-il. Je me suis avancée encore un peu, attendant que la foule diminue  au kiosque de souvenirs. J'ai opté pour un poster. À la sortie, derrière les toilettes chimiques, des dizaines d'hommes se sont soulagés le long de la clôture. Une femme la main sur la bouche et le nez. Ça empestait l'urée de bière.

Sur l'herbe du parlement, au pied d'un arbre, face à la fontaine, je me suis assise un instant pour rappeler Stéphane qui venait d'appeler et dont j'avais deviné la voix. J'ai manqué les deux appels de Dom et Momo, tenté de les retourner mais ils venaient d'une boîte téléphonique. J'ai fouillé mon sac pour prendre ma carte d'autobus... pour finalement la retrouver dans ma poche 5 minutes plus tard. Une affiche lumineuse indiquait où prendre les trajets de retour. Je me suis rendue au Complexe G, j'ai fait la file jusqu'au coin de la rue, regardant les gens, essayant de deviner qui étaient nos hôtes, et tout à coup, un peu à l'écart, j'ai cru reconnaître une silhouette de dos, cheveux noués, aux côtés d'une jeune femme au visage asiatique,... c'était bien eux. Quelle surprise ! On s'est trouvés facilement donc. On s'est présentés et, encore sous l'effet, on a partagé nos impressions de ce spectacle musical, théâtral, magistral !

Et la finale !

Une heure plus tard, on reprend au verre d'eau fraîche dans la cuisine. ;-)

Edith, avec le sourire, et remplie d'espoir ! ♥
Bricks in the wall, by Olikan on DeviantArt

mercredi 18 juillet 2012

Voir et être

Traduction: J'OSE la vie !

Sandra Dodd a écrit : 
Sur la page Radical Unschooling Info sur facebook, une maman unschooler nommée Rachel Marie a clarifié pour quelqu'un de nouveau l'idée du unschooling :

En randonnée, vers 2001... peut-être
« Le unschooling est différent pour chacun et c'est pourquoi vous éprouvez de la difficulté à le saisir. J'ai ressenti la même chose quand j'ai commencé. Il est presque impossible à décrire car chaque enfant est différent et comme le unschooling c'est se concentrer sur votre enfant comme individu, alors ce sera différent pour chacun.

Si je devais dire que le unschooling c'est comme s'allonger sur ​​une couette dans la nuit, en regardant les étoiles et en parlant des constellations ou que ça ressemble à faire de longues balades en voiture dans le seul but d'avoir d'interminables discussions sur chaque guerre de l'histoire américaine, il y aurait 30 personnes qui s'exclameraient pour dire que ça ne ressemble pas à ça du tout, parce que leurs enfants ne sont pas intéressés par ces choses.



2012 - à Place des Arts

Symphony of The Goddesses



Le unschooling n'est pas de savoir où et comment on apprend quelque chose, il ne s'agit pas de faire ce que tout le monde fait. Il s'agit de créer un environnement riche pour votre enfant naturellement curieux d'apprendre des choses qui suscitent son intérêt. Si vous pouvez faire cela, vous vous dirigerez dans la bonne direction. »
~ Rachel Marie

mardi 17 juillet 2012

Le jour du chardon

C'était hier, le premier chardon a fleuri...
et les premiers chardonnerets se sont mis à chanter !  

J'ai déposé ma lecture pour les regarder voler de ci, de là,
avec quelques arrêts dans le lilas...

quand j'ai reçu l'appel des framboises. Miam !
"On n'en aura pas beaucoup cette année" que m'ont dit les voisins qui les cultivent.
Trop dommage ! Il faudra qu'on en trouve ailleurs, alors.
Edith... sur une idée originale de Jérôme qui m'a montré le chardon en sortant hier matin, et avec qui j'ai trouvé le titre du billet. :-)

Green potions !

Virage vert ?
Fan de Zelda ?
Besoin de chlorophylle ?

Vous êtes plutôt du type green juice ou green smoothie ?
À gauche, le jus vert, désaltérant et nutritif:
4 pommes (ou 8 petites)
1 concombre
3 feuilles de kale
1 petit bouquet de coriandre fraîche


Congeler pour de délicieuses glaces en été !

À droite, le smoothie vert, nourrissant:
1 banane
1 mangue 
2 feuilles de kale
3 c. à table de graines de lin moulues

À consommer sans modération !

extraction de jus d'herbe de blé
Cette semaine, Olivier a acheté une livre d'herbe de blé pour se faire son propre jus. Ce midi, j'ai eu envie de voir combien on pouvait obtenir de jus avec cette quantité d'herbe. On en a recueilli environ 6 onces. En comptant que Olivier avait déjà extrait une once hier matin pour partager avec Guillaume - notre premier invité officiel rencontré en ligne sur couch surfing* - et qu'il en a gardé un petite poignée pour déshydrater, on se dit qu'une livre d'herbe de blé doit donner dans les 8 onces de jus.

* et aussi incroyable que ça puisse paraître, Guillaume est employé de la même boîte que notre ami breton, Pierre-Marie !!!

6 onces

12 glaçons
Link ne part jamais sans sa potion !

samedi 14 juillet 2012

Un potager urbain, cool !

http://www.lepotagerurbain.com/2012/06/mise-jour-du-rendement-du-potager.html

La première fois que j'ai entendu parler de cultiver de la nourriture plutôt que de l'herbe, c'était il y a plus de 10 ans, par une amie (que je salue au passage) dont le mari avait observé cette drôle d'habitude des québécois, lui qui venait d'ailleurs. J'avais trouvé la remarque intéressante. Vraiment ! Elle ne m'a plus quitté depuis, comme toutes les idées qui résonnent la vie.

Il y a plusieurs années, nous avons ajouté des fraises (suggestion de ma soeur, horticultrice et jardinière passionnée) afin d'aider à maintenir le sol plein sud du talus tout en profitant de mon fruit préféré. Puis des fines herbes (dont l'origan fou), deux autres variétés de fraises (offertes par un ami et une voisine), des fleurs comestibles comme les pensées et capucines et des couvre-sols et autre fleurs vivaces, autant pour tenir le sol, que pour faire joli ou attirer les insectes pollinisateurs, dont nous avons besoin pour vivre.

Pus près de la maison - mais toujours à l'avant - nous avons, en rotation au fil des ans, des tomates, concombres, petits pois, radis, sarrasin, camomille, différents choux dont le kale (notre préféré en green smoothie), etc.









Où est le lien avec le portager urbain de ce couple de St-Charles de Drummond ? C'est que leur potager est situé "devant" la maison... ce qui est aussi interdit par règlement municipal à Québec !!!

Il semble que notre municipalité soit assez bien pourvue dans la catégorie règlements farfelus. On pourrait peut-être aussi se questionner à savoir quel est le but d'interdire aux gens de cultiver leurs aliments devant leur maison, non ? Nous qui continuons de faire pousser de la nourriture plutôt que de l'herbe à bien des endroits de notre terrain, aimerions aussi profiter d'herbes hautes où et quand ça nous plaît. Du genre, être chez nous, et faire comme on veut chez nous, quoi !

Récemment, on a choisi de ne plus tondre le gazon devant la maison, autant pour profiter des fleurs des champs qui viennent en prime, de récupérer les semences de gazon quand elles sont mûres (plutôt que de les acheter) que pour avoir un endroit où relaxer à l'ombre de notre sorbier entourés d'herbes hautes. Pour toujours plus de vie dans notre vie ! Puis, nous avons appris de façon particulièrement désagréable, vous le savez si vous suivez ce blog, ce règlement municipal qui interdit de NE PAS couper l'herbe... ! Ce qui est d'autant plus bizarre que ce ne sont pas des plantes dangereuses ou envahissantes, comme l'herbe à poux, l'herbe à puce ou la Berce du Caucase, ET que ça ne cause de problème à personne. Nous n'utilisons pas d'eau potable pour arroser notre terrain. Nous avons un récupérateur d'eau de pluie quoique nous préférons éviter l'arrosage pour respecter le rythme de vie des plantes et leur force de vie avec le climat tel qu'il est, comme la nature sait le faire, comme on apprend en permaculture. Nous ne jetons pas nos ordures dans la rue, nous ne dérangeons pas le voisinage, nous aimons et respectons la vie, les plantes, les animaux, les humains, les voisins, bref, nous ne comprenons vraiment pas ce qui s'est passé.

pique-nique du 1er juillet 2012
Père et fils dans les grands pins
Parc des Moulins
Nous n'avons pas encore mis de temps à fouiller ce dossier à cause d'une envie de vivre notre vie d'abord, et de profiter de chaque moment, comme tout le monde, j'imagine. Mais, peut-être devrions-nous chercher l'origine de ce règlement farfelu, pour voir si c'est encore applicable et essentiel aujourd'hui, mais surtout afin de voir si nous n'avons pas été victimes d'une application abusive d'un tel règlement, probablement obsolète.


(nous pourrions aussi interroger sur la possibilité d'un signalement abusif, car c'est ce que nous avons compris de la façon dont les  "inspecteurs" ont présenté leur visite.)

Nous désirons aussi remercier nos lecteurs, et nos charmants voisins qui ont été plusieurs à s'indigner avec nous. Merci pour vos suggestions, et merci d'être là !


Sur la corde à linge
Attente... très occupée

Réunion à l'aéroport

SMUG 2012


En tout cas, ça fait longtemps qu'on pense ajouter encore et encore des arbustes fruitiers et des plantes potagères chez nous, et si TVA a fait un reportage sur ce potager urbain (suivez leur blog ou leur page facebook pour savoir quand ça passera à la télé - Drummondville a aussi décidé de voter un règlement complètement ridicule pour interdire les potagers avant) alors on se dit que c'est peut-être la vie - et nous en faisons partie - qui gagnera la partie, après tout !

Amicalement !

Edith et Stéphane

lundi 2 juillet 2012

ménage, bagage, voyage

À cette heure (1h22am en France), Olivier doit dormir quelque part à Toulouse, peut-être dans une auberge, ou à la belle étoile, ou même à l'aéroport, qui sait ? J'espère qu'il va bien, que les gens autour de lui sont gentils, que le vol se passera bien, qu'il ne fera pas trop froid dans l'avion (il faisait froid à l'aller, qu'il nous a dit) et qu'il sera en joyeux et en santé demain à son arrivée à Montréal.
 

We love you Oli ! ♥

OK, après le ménage (pas moi, Stef, merci !), bagages pour le SMUG maintenant !

dimanche 1 juillet 2012

Je m'ennuie mais...

... ne vous en faites pas, je ne vis pas «suspendue» en attendant le retour de Olivier, comme si je retenais mon souffle en attendant le retour de Superman !

OK, Olivier ressemble à Superman à bien des égards, tout comme son père d'ailleurs, et son frère aussi à sa façon. ;-) P't'être bien que je suis aussi comme Superwoman parfois mais bon, les Super Héros ne sont pas le sujet de ce billet. (scoop: mais ça viendra!)


Je rigole un peu mais c'est que bien des gens nous ont écrit ou partagé qu'ils comprennent, qu'ils savent à quel point les «mamans», ou les «parents» trouvent ça dur quand leurs enfants ne sont pas là. Des parents nous ont dit ça, mais pas seulement des parents. Il semble y avoir une croyance populaire à ce sujet. N'allez pas croire que nous sommes tristes, loin de là. Je suis très occupée, Jérôme et Stéphane aussi, chacun selon nos intérêts. Nous allons bien, et bien que nos fils soient vraiment les deux meilleurs amis du monde, Jérôme ne s'ennuie pas, pas plus qu'il ne s'inquiète. Il sait très bien que son frère sait se débrouiller et vivre sa vie. Tout comme nous.

En fait, nous avons même trouvé que le temps passait très vite. Hier, Jérôme avait peine à croire que deux semaines avaient passées.

Alors, voilà, ÇA VA BIEN !

Vendredi, j'ai eu envie de partager ici que nous n'avions pas vraiment de nouvelles mais qu'on en avait quand même d'une autre façon. Pour donner des nouvelles à ceux qui en demandaient et aussi parce que je voulais émettre un message pour Olivier, sans attente quant à sa réception. Peu m'importait même qu'il ne le lise jamais.

Et quoiqu'il ne l'ait pas lu, il a téléphoné hier matin (quand même cool de se faire réveiller comme ça!). C'était le milieu de l'après-midi en France. Il nous a raconté qu'il allait bien, qu'il était bien à Serralongue. Il avait peu de temps pour nous parler car il est en plein «tuilage» d'une douche. Il a raconté à Stef qu'il faisait du wwoofing sur une petite ferme bio, dans les Pyrénées. Il y a là-bas un verger, entre autres des poiriers, des pommiers et des cerisiers, mais le temps des cerises est terminé pour cette année.

Et il a téléphoné de nouveau tantôt, pour dire qu'il a réservé un billet Toulouse-Montréal, qu'il voyagera demain toute la journée: auto, autobus, covoiturage.fr, et à pied aussi.


Voilà donc des nouvelles toutes fraîches.

Crudessence, rue Mackay
Nous irons l'attendre à l'aéroport, le serrer dans nos bras, et l'écouter raconter son périple attablés tous les 4 chez Crudessence, pour lui faire plaisir, et célébrer la vie tous ensemble.

Puis, nous irons rejoindre le SMUG et revoir tous ces unschoolers au grand cœur qu'on a rencontrés l'été dernier. Je pourrai ainsi constater si mon apprentissage de l'anglais s'est amélioré, si mon cerveau doit encore penser en français, traduire en anglais, émettre une phrase brève pour me rendre compte que les autres sont déjà rendus bien loin dans la conversation. :-) Heureusement, ces gens sont si gentils qu'ils m'attendent souvent, et que la communication verbale ne leur est bien souvent pas nécessaire pour comprendre.

Edith