samedi 26 avril 2014

Apprendre par expérience

Learning through experience 

Traduction: J'OSE la vie !

Cueillette de l'eau d'érable, avril 2014
photo : J'OSE la vie !

« Si vous attendez *après* avoir compris le unschooling pour le vivre, il est peu probable que vous le compreniez un jour. 

L'apprentissage lui-même fonctionne grâce à l'expérience. 

Pour le unschooling, c'est pareil. C'est largement  saisi, compris, par l'expérience. » 

~Katherine Anderson

mardi 22 avril 2014

Bon anniversaire la Terre !




     

La fin des jeux vidéos

Dimanche, 6 avril 2014, dernier jour de l'exposition Une histoire de jeux vidéos au Musée de la Civilisation à Québec.

Je demande à Jérôme s'il veut y aller, jouer une dernière fois. Il me regarde, sourit, et répète que non. Il n'a pas envie d'un bain de foule.



Moi, j'y serais bien allée danser encore une fois, jouer à Space Invaders, Mine Storm, et lire des extraits de l'histoire de cet art sur les grands murs colorés. 
Quelle salle magnifique !



Je ressens une certaine nostalgie d'arriver à la fin d'une activité aussi heureuse que remplie de toutes sortes de possibilités d'apprendre en jouant.
« Apprendre en jouant », un pléonasme je sais bien. 


« Le jeu est le meilleur, le plus adapté, des dispositifs d'apprentissage» (sic André Stern, écologie de l'éducation), la meilleure manière d'apprendre et de retenir sinon la seule, la façon écologique, économique, le développement durable du cerveau humain, permettez-moi de le répéter ici, d'autant que des gens de musée sont d'accord avec nous!


Comment est-ce possible qu'il y ait une fin ? Pourquoi ne pas la prolonger ? Elle l'a été, de quelques semaines déjà, je sais bien, mais, ... Ce que je veux dire, ce que je pense, c'est pourquoi ne pas avoir une telle exposition, une telle salle de jeux et de rencontres permanente ? 
 


Il existe des expositions permanentes. Au Musée de la Civilisation comme ailleurs. Alors, pourquoi pas celle-là, qui a amené 100 000 entrées de plus en un an que les années précédentes ? 


Certains diront qu'on ne peut pas savoir avec certitude si ces cent milles entrées de plus y sont liées directement. Les entrées au musée ne sont pas comptabilisées par exposition. Tout de même, pensons-y, y a-t-il quelqu'un qui ait entendu parler d'une autre exposition en 2013-2014 sans entendre parler d'abord, ou au moins autant, de celle des jeux vidéos ? Juste nous, famille et amis, avons fait quelques dizaines d'entrées. 
 

Une histoire de jeux vidéos a réuni des familles, des gens de tous âges, autour du jeu et de l'apprentissage, des premières bornes d'arcade aux jeux sur pc ou Apple, aux consoles retrogaming jusqu'aux plus récentes. De Pong ou Terminator à Dance Dance Revolution en passant par Super Mario 64, Sonic the Hedgehog ou A link to the past (Zelda), des jeunes de tous âges sont passés se rappeler des souvenirs, essayer de faire sauter la clôture à un Schtroumpf un peu pataud, tenter de voler un camion de pompier sur GTA ou frapper sur les bongos de Donkey Kong




Un jour, nous y avons croisé un jeune homme et sa maman, qui se rappelait, émue, des jeux d'enfance de son 'petit'. 
Une autre fois, on a fait le quiz avec Pierre-Marie, un ami en voyage d'affaires au Québec, après avoir joué à différents jeux d'arcade ou de consoles. 
Bien des copains, fans de jeux vidéos ou pas, nous y ont accompagnés, et se sont laissés prendre... au jeu. Des PVTistes de passage chez nous jusqu'à une amie qui regardait l'étincelle dans les yeux de son fils, tous étaient unanimes: c'était l'fun ! 


Alors, pourquoi la fin ?


Lundi, 7 avril 2014, 10h00
Fini ? C'était fini ? On allait tout démonter, remballer, rentrer en France ?
Et on allait manquer ça ?
Pas possible… 
Fallait trouver une idée pour être là, voir comment se passe la fin des jeux vidéos.
… 


Maxime Montcalm, chez Beenox - une entreprise de développement de jeux vidéos - la plus cool à Québec!  - vérifie avec des gens de son bureau, me rappelle et me suggère d'écrire à Pierre-Luc Collin, chargé de l'activité culturelle de cette exposition.




10h42, j'écris un courriel à Monsieur Collin, nous présente (Amis du Musée pendant plusieurs années, de nouveau depuis l'été dernier lorsque nous avons vu cette exposition, fans de jeux vidéos, auteurs d'un blog, conférence sur le sujet à venir bientôt), demande une visite. Quelques minutes plus tard, la réponse. On me réfère à Monique Lippé, chargée de projets au Service des expositions. L'idéal serait d'organiser la visite aujourd'hui puisqu'il ne restera plus grand-chose dans les vitrines après cela.


J'appelle. Madame Lippé me confirme qu'il vaut mieux faire la visite aujourd'hui. Elle nous accueillera à 14h00. « Il ne faut pas trop attendre, dit-elle, les équipes de techniciens sont sur place depuis le matin: un démontage, ça se fait très rapidement. »
Efficace ! 
Nous aurons une demi-heure pour la visite. Ce sera très bien, je remercie. 


Quelle chance !


12h30, green smoothie et tartines de chocolat.

13h20, en voiture !



14h00, Jérôme et moi arrivons 16 rue de la Barricade. 
À l'entrée, on nous demande de signer le registre, puis on nous remet le badge des visiteurs.
Nous attendons Madame Lippé dans la petite salle d'attente à l'entrée. La voilà qui arrive, blonde, souriante, sympathique. Elle nous accueille, nous fait entrer dans le hall du musée par la porte des employés, nous explique que les visiteurs ne sont généralement pas admis dans les salles en démontage, qu'il s'agit d'une exception, qu'il faudra rester avec elle, qu'on peut faire des photos des lieux, des objets, mais pas des gens. Heureux d'être là, ouverts à tout capter ce que nous pourrons, nous respecterons les consignes à la lettre. Avec joie !

À l'entrée de la salle, une grosse caisse en bois devant la figurine grandeur nature du héros de Assassins Creed qui monte la garde depuis un an déjà. On apprend que cette 'figurine' se démonte, les bras, les jambes, la tête, tout se dévisse. Comme une poupée barbie, dis-je. 


La suite, en  photos:








Un démontage se fait rapidement, nous explique Madame Lippé qui en assure la logistique. Une exposition s'installe dans cette salle bientôt. 
Elle attend aussi les pièces pour Les Maîtres de l'Olympe, une exposition en provenance de Berlin, qui ouvrira le 23 avril. 


Démontage signifie déménagement, entreposage, nettoyage, vente aussi:
- déplacement et conservation de différents objets;
- vente des modules fabriqués sur mesure, selon les plans fournis par mo5, qui en a fait le design, à un petit musée privé de Sherbrooke qui ouvrirait bientôt;
- emballage: chaque objet a le sien, caisson de bois le plus souvent;
- gestion des arrivées et départ des camions au débarcadère;
- transport et hébergement des équipes comme celle de mo5;
- préparation de la salle pour l'exposition suivante !


Tiens, Mathieu vient nous saluer. Technicien au Musée, Mathieu est membre québécois de mo5 - on l'apprend aujourd'hui. Nous l'avons rencontré il y a quelques mois, lorsque Jérôme a fait l'achat d'une console NES. Nous nous sommes revus à quelques reprises et avons beaucoup appris avec lui, jusqu'à comment ouvrir une cartouche de jeu, et où se situe la pile pour les sauvegardes. Passionné de jeux vidéos, Mathieu sait aussi entretenir et réparer consoles et jeux. Une vraie mine d'information sur le sujet !
Ici la table des artéfacts (interdiction de photographier) passés au peigne fin par l'équipe de conservateurs. Chaque objet a un numéro et une fiche. On y note l'état de la pièce, vérifiant s'il est le même que celui dans lequel il est arrivé, il y a un an. Comme pour tout objet de collection muséale, les consoles, cartouches, magazines, figurines, manettes, sont des artéfacts.
On approche de la fin. Deux hommes viennent s'entretenir un moment avec Madame Lippé. Elle nous les présente rapidement, ce sont eux 'les gars de mo5', en France. Enchantés, nous les saluons et leur posons quelques questions. J'ose: « on peut se revoir ? Discuter, pour ajouter à notre article sur cette exposition et pour cette conférence sur les jeux vidéos que j'offre à Montréal le 26 avril prochain ? » Ils acceptent généreusement. Rendez-vous pris pour le lendemain matin. Madame Lippé propose le café du Musée. Je suggère 10h00, histoire de ne pas être pris dans les embouteillages. 

Et hop, encore quelques photos, et nous terminons cette dernière visite de notre exposition bien-aimée. 


Vous désirez en savoir plus ? 

Rendez-vous demain bientôt: notre rencontre avec David et Hervé de mo5.com.




Édith et Jérôme















Photos par Édith Chabot

dimanche 20 avril 2014

Unschooling et jeux vidéos au symposium AQED - 26 avril 2014

Samedi prochain, nous serons au symposium AQED :
« Vivre, c'est apprendre et c'est impossible à éviter. » ~J'OSE La Vie!
« Vivez ensemble, aussi bien que vous le pouvez; profitez de la vie ensemble, autant que vous le pouvez. » ~John Holt

 


Le programme complet est ici.

Au plaisir de vous y rencontrer !